Le temple du Donon

Le Gîte de Simone est un remarquable point de départ pour découvrir l’Alsace. Vous bénéficiez de la proximité des centres touristiques, tout en profitant d’une nature encore authentique.

Il y a toute une région à découvrir et à aimer : Les belles maisons à colombage sont très nombreuses dans les villages du piémont viticole. Les vignobles s’étalent sur les coteaux ensoleillés, et se parent de couleurs lumineuses en automne. La Route des Vins serpente entre les vignes et permet de découvrir toute cette culture alsacienne du bien manger et du bien boire (avec modération !) dans un magnifique décor. L’âme aussi peut être nourrie en Alsace dans de nombreux hauts lieux spirituels. Bien entendu, vient en tête le Mont Sainte Odile qui domine la plaine d’Alsace de ses 763 mètres, et offre une vue splendide jusque Strasbourg. A ses pieds, le Mur Païen, fantastique enceinte de 10 kilomètres, et qui est le témoin d’une présence depuis la préhistoire, et de l’attention particulière au Mont depuis cette période. A Niederhaslach, la collégiale St Florent a subi d’importants travaux de rénovation et mérite le détour. A quelques kilomètres, près de Natzwiller, se situe le tristement célèbre camp de concentration du Struthof, le seul qui fut implanté sur le territoire français. Un mémorial récent retrace cette sombre période. Le paysage alentour est magnifique, été comme hiver. La route qui suit les crêtes conduit au Champ du Feu. Plus près, au-dessus de Muhlbach-sur-Bruche, se trouve le village de Grendelbruch, et ses annexes en montagne, le Hohbuhl et Muckenbach. De belles randonnées dans les forêts ou sur les chaumes, des points de vue sur la vallée, des sites de mémoire de la Grande Guerre, et pour finir, la ferme auberge et ses solides spécialités montagnardes.Voici quelques idées de découvertes …

Voici quelques exemples :

Le château du Haut-Koenigsbourg

Passer la haute porte du Haut-Koenigsbourg, c’est plonger dans l’univers du Moyen Âge. De la cour basse avec son auberge, sa forge et son moulin, aux escaliers en colimaçon, qui mènent aux appartements meublés du seigneur, découvrez une architecture, un mobilier, une atmosphère chargés d’histoires.

Ponts-levis, salle d’armes, donjon et canons rappellent à chaque instant la vocation de cette forteresse de montagne qui fut assiégée, détruite et pillée.
Abandonné après 1633, ce château fort prestigieux est offert par la ville de Sélestat à Guillaume II de Hohenzollern en 1899. Rêvant de ressusciter l’ancien empire germanique, il assouvit sa passion du Moyen Âge en confiant la restauration du château à l’architecte Bodo Ebhardt, spécialiste de la fortification médiévale.
Au début du 20e siècle, la dimension politique de ce grand chantier doit légitimer la toute jeune dynastie impériale des Hohenzollern et affirmer aux yeux du monde la puissance du nouvel empire. Aujourd’hui, on admire davantage l’aspect pédagogique d’une restauration qui, sans être incontestable, est la plupart du temps vraisemblable.

La visite est un point d’orgue inoubliable de tout séjour en Alsace, d’autant que sa situation géographique – au centre de l’Alsace – et les infrastructures touristiques à proximité permettent de l’intégrer facilement à un itinéraire plus complet. Ce n’est pas un hasard si le château accueille chaque année plus d’un demi-millions devisiteurs ! Il compte parmi les monuments les plus visités en France.

www.haut-koenigsbourg.fr

Le Struthof

Lieu de mémoire et de recueillement, le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler est le témoin inscrit dans le paysage vosgien des faits qui se sont déroulés, il y a plus de 70 ans au coeur de l’Europe. Les différentes structures mises en place, musée, centre européen du résistant déporté, site internet, … doivent désormais prendre le relais des témoins directs des événements.

www.struthof.fr

La Volerie des Aigles

La Volerie des Aigles vous présente un spectacle de rapaces en vol libre. Impressionnant et instructif, vous découvrirez de près ces oiseaux inapprochables dans la nature.

Les démonstrations sont faites dans un souci de reproduire le comportement naturel des oiseaux. Il ne s’agit pas de leur faire faire des tours, ou de s’en servir comme accessoire dans une mise en scène costumée. Tout ce que font les rapaces dans le spectacle de la Volerie des Aigles, ils le font dans la nature.

Avec la présentation des aigles, les acrobaties des milans noirs, la vitesse du faucon, le survol des buses et des vautours, la rencontre avec le condor des Andes ou l’ingéniosité du percnoptère, vous ne manquerez pas d’être étonnés par les talents de nos pensionnaires. Les rapaces sont au coeur de ce spectacle interactif et participatif. Et vous profiterez d’un véritable moment privilégié auprès de ces impressionnants oiseaux.

Les commentaires de nos dresseurs vous accompagneront afin de mieux comprendre et appréhender le comportement de nos petits protégés. Une version papier est disponible en anglais et allemand pour permettre à tous de suivre ses explications. Notre spectacle s’inscrit dans une véritable volonté à la fois pédagogique et ludique et s’adresse à tous publics.

Tous les rapaces présents au château participent à notre spectacle. Et depuis l’été 2006, le Serpentaire est de retour dans la présentation, après une absence de près de 24 ans.

Château de Kientzheim 67600

Tél : 03 88 92 84 33

Le Fort de Mutzig

Suite à la guerre franco-allemande de 1870-1871, l’Alsace et la Moselle sont rattachées au nouvel empire allemand, sous le nom de Reichsland Elsass-Lothringen. Dès 1872, Français et Allemands fortifient la nouvelle frontière afin de préparer une future guerre jugée inévitable.

La décision de construire une fortification à Mutzig est prise en janvier 1893 par l »empereur GUILLAUME II. Les premiers travaux débutent en avril de la même année. En liaison avec la ceinture fortifiée de Strasbourg, le groupe fortifié de l’empereur Guillaume II (en allemand « Feste Kaiser Wilhelm II ») aura pour rôle de barrer la plaine du Rhin contre toute offensive française venant de Belfort, afin d’empêcher une opération de grande envergure sur les arrières de l´armée allemande engagée en Belgique.
La Feste est la première construction fortifiée allemande après l´invention de la mélinite, nouvel explosif, au pouvoir destructif trègs supérieur á celui des anciennes poudres noires.

Au fil des années la Feste Kaiser Wilhem II s’agrandira au point de devenir la plus grande fortification allemande de cette époque. Le fort atteint une aire totale de 254 ha en 1914, il est constitué de près de 50 ouvrages divers. Sa dotation en artillerie est unique :
8 obusiers de 15 cm sur affût cuirassé,
14 tourelles pour canon de 10,5 cm,
8 tourelles à éclipse pour canon de 5.7 cm,
12 observatoires cuirassés.
Une garnison théorique de 6 500 à 8 000 hommes selon les sources.

A la veille de la Première Guerre Mondiale, le Fort de Mutzig est la plus vaste et la plus puissante fortification en Europe : 22 tourelles cuirassées répartis sur 254 hectares, pouvant abriter une garnison de guerre de 7 000 hommes ! Le Fort de Mutzig servira de prototype aux fortifications du 20ème siècle : Qingdao (Tsing tau), les festen de Metz-Thionville, la Ligne Maginot, le Oder-Warthe Bogen, le Westwall, le Mur de l’Atlantique, etc.

Mémorial d'Alsace-Moselle

Pour saisir l’atmosphère des évacuations de 1939, découvrir la vie dans un fort, de la Ligne Maginot, sentir l’oppression de la nazification et se sentir interpellé par le drame de l’incorporation de force, des déportations et de la guerre totale, suivre le fil de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne, alors ne manquez pas le Mémorial de l’Alsace-Moselle.

Pendant près de 2 heures, vous serez transporté au coeur d’un parcours historique et interactif dans les méandres du destin de l’Alsace-Moselle de 1870 à nos jours, avec un espace tout particulièrement consacré à la réconciliation franco-allemande et la construction européenne.

Visiteur du Mémorial, vous découvrirez, dans le hall d’entrée, un très beau panorama de la Vallée de la Bruche.

Votre regard embrasse, sur la montagne d’en face, une grande virgule de pierre : la marque du camp du Struthof, voulue par le Général de Gaulle et inauguré en 1962.

Puis, vous êtes invité à descendre et quittez la lumière du jour pour traverser les 11 étapes qui jalonnent le parcours muséographique.

Château de Wangenbourg

WANGENBOURG, dont le nom primitif Wangberg signifie mont du pâturage, fut donné en 880 à l’abbaye d’Andlau par sa fondatrice Sainte Richarde. Aux XIII siècles, la famille De DICKA, de Spesbourg, administre les biens du monastère et l’on attribue à Henri De DICKA la construction des châteaux de Wangenbourg et de Freudeneck, sur le modèle de celui de Spesbourg, près d’Andlau. Le dernier De DICKA mourut à la bataille de Sempach en 1386. Wangenbourg échue alors au chevalier Jean de Wangen dont les descendants devinrent peu à peu les possesseurs du domaine.Fin du XIVème siècle, les Wangen perdent la maîtrise de leur château et à la fin du XVème siècle, ruinés, ils ne peuvent plus l’entretenir.
En 1504 l’empereur Maximilien, vainqueur de l’Electeur Palatin Philipp lors de la guerre de succession de Bavière, confisque le château aux cousins Hans et Stephan von Wangen pour le donner au comte de Tierstein qui lui-même le revend à l’évêque de Strasbourg en 1518. Pourtant, les descendants des Wangen, Georg et Hartmann, continuent à habiter dans le château.
Entre 1535 et 1550 ils font reconstruire leurs logis dans le style Renaissance. A partir de 1578, un contentieux oppose l’évêque de Strasbourg aux sires de Wangen à propos des droits de propriété sur le château. Les Wangen sont expulsés en 1578 mais rétablis dans leurs droits en 1595.
En 1633 le château fut dévasté par les Suédois et ne fut plus reconstruit.
Durant la guerre de Trente Ans, le village eut beaucoup à souffrir, puisqu’en 1701 il ne comptait plus que 15 habitants .
Le dernier possesseur fut le Baron Frédéric-Antoine-Henri-Louis chef d’escadron au Royal-Allemand, fin du XVIII siècle et le château resta le bien de la famille jusqu’en 1918 où, après l’armistice, l’Etat français le saisit.
La ruine est classé monument historique .